ÉDITION SPÉCIALE DU 7 JUILLET 2017
 
 
Information importante aux dentistes
Délégation d’actes buccodentaires
Pour faire suite à l’article intitulé « Attention, dentistes délinquants » publié le 3 juillet dernier à la une de La Presse+, l’Ordre croit utile de rappeler à ses membres certains principes déontologiques, notamment à ceux qui seraient visés par l’article en question.

Cet article dresse un portrait très négatif de la profession de dentiste et pourrait susciter auprès du grand public autant une mauvaise perception qu’une incompréhension quant aux compétences et au rôle de chaque membre de l’équipe dentaire.

Les dentistes ont l’entière responsabilité des actes qui sont posés en leur nom et faut-il insister sur le fait que les clients ne consultent pas une entreprise, mais un professionnel de la santé avec lequel ils doivent entretenir une relation de confiance absolue.

Les propos non favorables « d’actes illégaux » à l’égard des dentistes nous incitent à vous rappeler l’importance de respecter les règlements concernant la délégation des actes buccodentaires qui sont en vigueur actuellement, ce qui inclut l’examen et le diagnostic préalables par le dentiste.

Depuis maintenant 15 ans, l’Ordre des dentistes travaille avec acharnement pour faire avancer le dossier de la modernisation auprès des instances gouvernementales afin de modifier le champ de pratique des hygiénistes dentaires et des assistantes dentaires.

Des dentistes, autant que des hygiénistes dentaires, ont pu être amenés à croire, à la suite d’informations et de déclarations intempestives et pour le moins prématurées, que le statut des hygiénistes avait changé, ce qui n’est pas le cas.

Les actes de médecine dentaire qui peuvent être posés à l’heure actuelle par les hygiénistes dentaires, après qu'un examen, un diagnostic et un plan de traitement aient été établis par le dentiste, sont toujours ceux décrits au règlement de l’Ordre des dentistes. Dans l’attente des modifications législatives quant au champ de pratique des hygiénistes dentaires, le Règlement concernant certains actes qui peuvent être posés par les hygiénistes dentaires, L.R.Q. c. D-3, r. 3, a force de loi et nul ne peut y contrevenir.

  1. Appliquer topiquement une substance désensibilisante tel un vernis ou un ciment adhésif.
  2. Insérer et sculpter les matériaux obturateurs.
  3. Rassembler et recueillir les informations quant aux tests de vitalité de la pulpe.
  4. Enlever les points de suture.
  5. Placer un pansement provisoire obturateur, sans fraisage, lorsque la pulpe n’est pas exposée.
  6. Poser et enlever les attaches d’orthodontie.
  7. Enlever les pansements parodontaux.
  8. Cimenter les mainteneurs d’espace.
  9. Procéder au détartrage supra et sous gingival y compris au polissage de la partie exposée de la racine.
  10. Prendre des radiographies.

Les assistantes dentaires au Québec ne peuvent pas exécuter des actes de médecine dentaire en bouche ni prendre de radiographies. Dans l'état actuel de la législation, elles peuvent assister le dentiste (dentisterie à quatre mains). Malgré leur formation et leurs connaissances du contexte de la pratique en clinique, aucun règlement n’est encore adopté leur permettant de déborder de leur champ d’activité.

La grande majorité des dentistes travaillent en étroite collaboration avec les membres de leur personnel clinique, hygiénistes et assistantes, en tout respect de leurs obligations déontologiques et des droits de leurs patients. Il est impératif que cette majorité soit l’entièreté.

Le président,

Barry Dolman, DMD
 
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Désabonnement

www.odq.qc.ca    |    nouvelles@odq.qc.ca

2016 © Tous droits réservés, Ordre des dentistes du Québec